Léonard de Vinci (1952)

François COLLIN | 8 novembre 2014

Le Timbre : Leonard de Vinci (1452-1519) Emis le 10/07/1952 Retrait le 15/12/1952 Portrait avec vue du château d’Amboise et de la ville de Florence

Né àVinci près de Florence en 1452, Léonard se bâtit au fil des ans une immense réputation d’ingénieur, d’architecte et bien sur d’artiste.

CM éditions LL : Autoportrait daté de 1490-1500, Florence, OPJ Amboise

C’est en 1515 lors des guerres d’Italie que François 1er est séduit par la beauté de l’art italien et décide d’inviter le plus grand artiste de son temps àle rejoindre en France avec le titre de « Â premier peintre,
ingénieur et architecte du roi  ».

En 1517 Léonard de Vinci a déjà65 ans et pense qu’il n’a plus rien àfaire en Italie où il a déjàréalisé les chef-d’œuvres qui ont fait sa notoriété.
Il perçoit l’invitation de François 1er comme l’opportunité d’y trouver une nouvelle source d’inspiration et d’y finir sa vie.

CM éditions Gaby : le château d’Amboise, OPJ Amboise

La légende dit qu’il serait venu àdos de mulet avec trois de ses plus belles œuvres : La Joconde, la Sainte-Anne et le Saint Jean-Baptiste (alors inachevé), accompagné Francesco Melzi son élève, Salaï son disciple et Mathurine sa servante.
Une fois àAmboise, François 1er offrit àLéonard de Vinci le manoir de Cloux, aujourd’hui le Clos Lucé, àquelques centaines de mètres du château Royal d’Amboise (un souterrain secret reliait le château au Manoir) et lui alloua une pension confortable.

Outre le lancement de la Renaissance en France, Léonard de Vinci, malgré la paralysie partielle de sa main droite survenue en 1517, acheva àAmboise les œuvres qu’il avait ramené d’Italie et consacra son temps au dessin et àl’élaboration de plans d’architecture civile et militaire, d’urbanisme, etc..

On lui doit notamment la transformation du Château d’Amboise qui était auparavant une forteresse en une élégante demeure d’agrément avec des jardins àl’Italienne.
Léonard de Vinci mourut le 2 mai 1519 àl’âge de 67 ans, au manoir de Cloux. On prétend qu’il expira dans les bras de François 1er qui en fut très affecté.

L’emplacement de sa sépulture est matérialisé par la présence d’un buste de marbre blanc érigé sur un socle de granit, àl’entrée du parc du Château.

CM éditions Combier : le buste àl’entrée du parc du château, OPJ Amboise

Les + philatéliques !

Le même jour que l’émission du timbre se tenait àAmboise le Congrès International Léonard de Vinci qui donna lieu àune oblitération illustrée fort recherchée. Mais curieusement, le cachet àdate d’Amboise d’époque s’avère sans doute plus rare…

CM éd. Zacchetti : Autoportrait daté de 1490-1500, Ob Ill. Congrès Int.
CM éd. Zacchetti : Autoportrait daté de 1490-1500, Timbre àDate d’Amboise

Bonus : le bêtisier

Comme àla télévision, la Maximaphilie nous propose àl’occasion des images qui font sourire et parfois frémir…Pardon aux auteurs de ces cartes de les faire figurer dans cette rubrique ! Mais qu’ils en soient remerciés pour leur rôle pédagogique !

Très belle carte ! Mais même en cherchant bien, pas de trace de la chapelle du château sur le timbre…
Même si il est peu lisible, le cachet est d’Amboise…Pas de concordance hélas avec cette belle vue de Florence !
Certes Léonard a peint la Joconde… Mais la première personne qui peut nous éclairer sur le lien entre Léonard, Mona Lisa et le Phare de Cordouan illustrant le 31 Congrès Philatélique de Royant du 24 mai 1958 gagnera notre plus haute estime !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document