AGENDA : 02.12.2017 AG des MF à Vincennes !

Les Maximaphiles Français
1 timbre + 1 carte postale + 1 oblitération... La maximaphilie, une passion !

Categories

Accueil > Approfondir > Idées de collection > Les chevaux de trait

14 juin 2015
François COLLIN

Les chevaux de trait

Initialement destiné à la rubrique "Un timbre... des cartes", cet article est publié dans "Idées de collection" qui semble plus adaptée au traitement du sujet. En effet, le texte et les illustrations nous mènent à la découverte des chevaux de traits illustrant le carnet émis en 2013 (Note du Webmestre)

Lequel des 12 timbres de ce superbe carnet illustre le mieux la puissance, la noblesse du cheval ? Quelles cartes sont les plus chatoyantes ? Quelles oblitérations sont les plus pertinentes ? Impossible de trancher…C’est pourquoi je vous propose de faire plus ample connaissance avec l’ensemble du cheptel à travers 3 épisodes : un par feuillet du carnet. Alors en voiture tout le monde !

Le Cheval Breton :

CM éditions MG , CàD Lamballe du 26/09/2013, réalisation MF
CM éditions MG , CàD Lamballe du 26/09/2013, réalisation MF

"Le terroir fait l’homme". A ce dicton, pourrait s’ajouter en Bretagne : "mais aussi son cheval".

Dire que le cheval Breton fait partie du patrimoine culturel de la Bretagne est un euphémisme quand on sait l’attachement et la complicité qui réunissent depuis toujours le paysan breton et son cheval.

Il existe deux types morphologiques :

  • le Trait, de formule compacte
  • le Postier Breton plus léger, plus étendu dans ses rayons et ses allures

Avec environ 600 étalons qui saillissent près de 11000 juments, la race bretonne représente le tiers du cheptel national des chevaux de traits !

CM édition publicitaire « Soufrane », CàD Hennebont du 17/07/2013
CM édition publicitaire « Soufrane », CàD Hennebont du 17/07/2013

Doté d’allures énergiques et d’une remarquable docilité, le Cheval Breton, en particulier le Postier, est le cheval d’attelage de loisir idéal.

A la différence d’autres races de Trait, le Cheval Breton n’a jamais cessé d’être attelé : il est encore largement employé en agriculture pour les travaux de précision en culture légumière et dans le ramassage des algues sur les plages.

CM éditions Jos , CàD Plouguerneau du 10/10/2013
CM éditions Jos , CàD Plouguerneau du 10/10/2013

Le Cob Normand :

CM éditions MG , CàD Veulettes sur Mer du 19/08/2013, réalisation MF
CM éditions MG , CàD Veulettes sur Mer du 19/08/2013, réalisation MF

Le Cob Normand est le descendant des « carrossiers » du XIXe siècle, compacts, athlétiques et élégants. Ce cheval dont le berceau se situe principalement dans le département de la Manche (circonscription du haras national de Saint-Lô) à subit de multiple croisements. Il aura fallu près d’un siècle de mariages divers de gênes pour « créer » ce type qui sera l’ancêtre commun au trotteur roi de Vincennes, au cheval d’obstacle de type selle français et enfin au cob.

Vers 1920, les éleveurs trouvent un nom générique à leurs chevaux, ils le nomment : cob. Ce n’est pas tout à fait un hasard puisqu’ils ne font en réalité que reprendre le terme déjà employé en Grande Bretagne pour désigner des chevaux cubiques qui peuvent avoir une double activité : la selle et l’attelage. Bien qu’épais et bien charpenté, le cheval de trait aux allures brillantes reste très élégant, avec des tissus fins et une tête plutôt distinguée, en somme des qualités distinctives léguées par ses ancêtres de sang anglais.

La race enregistre en moyenne 600 naissances par an pour un cheptel estimé à 800 juments et 60 étalons.

Le Trait Poitevin Mulassier :

CM éditions MG , CàD Aulnay du 18/09/2013, réalisation MF
CM éditions MG , CàD Aulnay du 18/09/2013, réalisation MF

Le Trait Poitevin tire ses caractéristiques de l’influence d’un sol bas et humide. Aisément reconnaissable à ses formes allongées, le Trait poitevin mulassier possède une encolure longue à la Crinière fournie et des membres puissants chargés dans leur moitié inférieure de crins gros et abondants. Il mesure 1,60 à 1,70 m avec un poids moyen de 750 kg pour les mâles. Sa robe, aux teintes variées peut être grise, noire, baie ou isabelle.

CM édition publicitaire « Soufrane » , CàD Civray (86) du 15/11/2014
CM édition publicitaire « Soufrane » , CàD Civray (86) du 15/11/2014

Habituellement qualifié de mulassier, le Trait poitevin fut exploité jusqu’au lendemain de la seconde guerre mondiale, et de façon fort rentable, pour produire (par l’union contre nature de la jument Trait Poitevin avec le Baudet du Poitou une mule de grande taille, la Mule poitevine, réputée dans le monde entier.

Ces animaux très rustiques sont souvent élevés en plein air intégral (ils sont peu affectes par les intempéries). En 2005, 40 étalons étaient en activité, et 253 juments ont été mises a la reproduction (une cinquantaine d’entre-elles ayant été saillies au baudet pour produire des mules). Nous sommes loin des 40.000 juments du début du siècle (pour 14 à 15000 mules produites chaque année) !!

CM édition publicitaire « Soufrane » identique, mais CàD Talmont (85) du 03/02/2014
CM édition publicitaire « Soufrane » identique, mais CàD Talmont (85) du 03/02/2014

Attelage en Roulotte :

CM sur carte promotionnelle, CàD Vauvillers du 27/062013, réalisation MF
CM sur carte promotionnelle, CàD Vauvillers du 27/062013, réalisation MF

Habitat privilégié des populations nomades il n’y a pas si longtemps, la roulotte tirée par un cheval est devenue aujourd’hui un nouveau mode de vacances original. A l’heure ou chaque minute compte, n’est-il pas doux de laisser une jument nous faire retrouver la paix et le calme de la nature, simplement bercés par le lent tic tac qu’égrènent ses sabots….

Pour la suite allez vers Les chevaux de trait (2ème partie)

Voir en ligne : Toutes les CM réalisées par le SNF

Partager