Les chevaux de trait (2ème partie)

François COLLIN | 7 février 2016

Cet article est la suite de « Les chevaux de trait » paru le 14.06.2015.

Le Boulonnais

CM Premier Plan Editions, photo Yann Arthus-Bertrand , OPJ Boulogne du 05/04/2013

Le Trait Boulonnais du 21ème siècle est l’héritier d’une longue lignée de chevaux très divers, utilisés par l’armée française et jusqu’àla moitié du siècle dernier pour faire fonctionner et tracter les machines agraires, souffrir dans les mines et pour une version légère, le Mareyeur (disparue) qui assurait le transport du poisson entre Boulogne-sur-Mer, Dieppe et Paris.

CM Editions Floriscope : Boulonnais au labeur , OPJ Boulogne du 05/04/2013

C’est un cheval qui a un comportement énergique. On dit qu’il a du sang. Cette caractéristique est particulièrement évidente chez les étalons.

On situe l’origine de la race vers Marquise dans le Pas-de-Calais. C’est une petite ville de la zone côtière du Pas-de-Calais, située entre Boulogne-sur-Mer et Calais. 

CM édition publicitaire « Â Soufrane  », CàD Marquise du 19/11/2013

Il reste environ 600 chevaux inscrits dans la race et élevés en France et en Belgique. C’est extrêmement peu. La disparition par l’augmentation inéluctable de la consanguinité est largement enclenchée.

Le Trait du Nord

Le trait du nord est un rameau des Traits Belge et Néerlandais avec lesquels il ne formait, il y a 200 ans, qu’une seule race et un seul pays. Il s’est largement imprégné de l’ancien cheval flamand, cheval de très haute taille, aux pieds larges, adapté aux sols marécageux.

L’assèchement des marais, l’amélioration des rendements et des techniques agricoles et l’industrialisation ont amené, àpartir de 1850, àla sélection d’un cheval massif et puissant qui apportait un revenu appréciable àson éleveur.

CM édition publicitaire « Â Soufrane  », CàD St Amand-les-Eaux du 03/05/2013

Cent ans plus tard, le tracteur le remplaça et la production de viande fut son seul débouché. Seules les petites exploitations gardèrent une ou deux juments, par passion plus que par raison. Aujourd’hui on enregistre moins de 200 naissances par an ce qui reste peu.

De nombreuses poulinières sont attelées régulièrement et le débourrage des poulains se fait dès 18 mois, au cordeau, suivant la tradition. Cette technique ancienne (une seule petite cordelette àla place des guides) demande calme et soumission et les rend particulièrement dociles.

De nos jours, de par son caractère doux et facile, son utilisation est multiple : travaux des champs, maraîchage, débardage du bois, attelage, randonnées montées ou attelées, compétition...

Le siège du syndicat d‘élevage se trouve àl‘Hôtel de ville de Cambrai et c’est sur la place de Cambrai que défilent, chaque année, les meilleurs sujets de la race, àla clôture du concours, le dernier dimanche de juillet.

CM édition publicitaire « Â Soufrane  », CàD Cambrai du 08/11/2014

Le Percheron

CM éditions MG , CàD Mortagne-au-Perche du 31/07/2013, réalisation MF

Les origines du Percheron semblent lointaines et, en tous cas, apparemment fortement imprégnées de sang oriental, dont l’influence se fait sentir dès le VIIIème siècle. D’autres sangs paraissent avoir concouru àla création de la race et probablement des sangs espagnols. Depuis, des étalons Arabes furent introduits àplusieurs reprises, ce qui fit dire que le Percheron est un « Arabe grossi par le climat et la rusticité des services auxquels il est employé depuis des siècles ». Plusieurs modèles de Percherons se sont dès lors côtoyés, du plus léger au plus gros cheval de trait qui a subsisté jusqu’ànos jours.

CM édition publicitaire « Â Soufrane  », CàD Nogent-le-Rotrou du 03/02/2014

Le « Perche aux bons chevaux », entre Mortagne (Orne) et La Ferté-Bemard (Sarthe), se situe au sud de la Normandie, aux contins de l’Orne, l’Eure, l’Eure-et- Loir, le Loir-et-Cher et la Sarthe. Cette région a pour centre la vallée de l’Huisne, petite rivière qui arrose la capitale du Percheron : Nogent-le-Rotrou (Eure-etLoir).

Le Percheron reste un merveilleux cheval de gros trait, capable d’efforts intenses. Sa puissance, ses allures, son esthétisme lui permettent de conserver de très bonnes aptitudes àl’attelage et àla traction Il excelle, tant en France qu’àl’étranger (Japon, Etats-Unis, dans les épreuve de puissance (Ban Ei, trait-tract, pulling,,.). Mais il reste aussi un excellent cheval pour l’agriculture, l’attelage de publicité (brasseries en particulier) ou de loisir.

CM édition Lejeune, le Haras du Pin, CàD Le Pin-au-Haras du 01/04/2015

Le Travail de la Vigne

CM Editions Compa , OPJ Macon du 05/04/2013

Le retour àdes pratiques culturales plus propres et écologiques trouve particulièrement son sens dans la viticulture.

Le principal intérêt du cheval dans la vigne est la grande précision de travail.
Le cheval permet un désherbage mécanique complet du sol, même entre les pieds de vignes ; le vigneron n’a plus recours au désherbant chimique. Une grande variété d’outils est disponible, anciens ou modernes.

Le tassement effectué avec un cheval n’est pas comparable àcelui d’un tracteur qui passe toujours au même endroit.

CM Editions Cap Theojac , CàD Fronsac Boulogne du 06/11/2014

Aujourd’hui on trouve des entreprises proposant ce type de travaux dans presque toutes les régions viticoles !

Les chevaux de trait (1ère partie) - Les chevaux de trait (3ème partie)

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document