Interview

Un maximaphile àla Une : Georges NOËL

Christian BARRET | 23 mars 2020

Monsieur NOËL est notre plus ancien adhérent. Sa carte de membre porte le numéro 176. Il n’a jamais voulu rejoindre le CA des MF, car une de ses nombreuses qualités, est la discrétion… Mais tout le temps que cela lui a été possible, il a beaucoup aidé Daniel Barbe àfaire des recherches pour le service des nouveautés France.

Les MF ont souhaité le mettre àl’honneur en publiant une interview qu’il a donné il y a quelques années.

Pour aller plus loin : une de ses collections « Hommage àPicasso »

Quel est votre premier souvenir concernant la maximaphilie ?

C’est Georges Parison, négociant en timbres-poste, qui m’a fait connaître la maximaphilie en 1948. G.Parison visitait les guichets des Bureaux de Poste parisiens àla recherche des coins datés. C’est ainsi que je l’ai connu et j’ai alors fréquenté son stand au Carré Marigny où il vendait des oblitérations spéciales sur enveloppes et des cartes-maximum qu’il réalisait lui-même. La première carte-maximum achetée chez lui (n° Y & T 848) est consacré àJean Racine (portrait de J.B. Santerre), timbre de 12F sur carte postale Ed A.Noyer, l’oblitération ordinaire de La Ferté Milon, du 4 juillet 1949, est celle du jour d’émission (CM jointe).

Quelle fut votre première réalisation de C.M. ?

La première carte-maximum, que j’ai réalisée personnellement, est une peinture de Paul Gaugin « Quand te maries-tu ?  » tableau de 1892, timbre 14F des Etats français de l’Océanie, carte postale W.Classen 3847 et OPJ Papeete du 14 septembre 1953.

La 1ère CM réalisée par Georges Noë l en 1953.

.

Pourquoi aviez-vous adhéré aux MF ?

C’est au Carré Marigny que j’ai rencontré Jacques Thénard, alors secrétaire général des Maximaphiles Français (Georges Azzis en était le président), Jacques Thénard m’a fait adhérer aux M.F. (ma carte de sociétaire n° 176 est datée du 2 janvier 1952). J’ai pensé qu’au sein des MF je pourrais participer àla réalisation des CM de France, avec les responsables successifs des " nouveautés ", ce que je continue àfaire et aussi àla réalisation des nouveautés étrangères plus particulièrement avec Gonzague de la Ferté. Mon adhésion aux M.F. m’a apporté de très grandes satisfactions mais, àcette époque, il n’était pas facile d’être postier et philatéliste, quelques remarques désagréables m’ont dissuadé d’être membre du CA.

Avez-vous exposé et si oui, quel est votre meilleur souvenir d’exposition et votre meilleur souvenir àl’international ?

C’est aussi Jacques Thénard qui m’a conseillé de constituer une collection des œuvres d’un grand peintre et j’ai choisi Pablo Picasso.
Les cartes-maximum de cette collection que j’ai nommée « Hommage àPablo Picasso  » sont pour la plupart des réalisations personnelles et ma première exposition fut « EXEUMAX  », les 3 et 4 décembre1983 au Musée de La Poste de Paris. J’ai reçu une médaille d’Argent et les félicitations du jury. Cette collection a été exposée 21 fois dont "PHILEXFRANCE" 89 et 99, "MAXIFRANCE 91" et "ESPANA 2000" àMadrid. Cette dernière exposition m’a apporté une grande satisfaction, c’est bien en Espagne qu’il fallait présenter mon " Hommage àPablo Picasso".

Un message pour les jeunes ?

Le seul message que je voudrais adresser aux jeunes maximaphiles, c’est de les inciter àréaliser eux-mêmes des cartes-maximum. Le plaisir c’est de trouver la bonne carte postale et d’en faire part aux responsables des "nouveautés " afin que tous nos collègues puissent bénéficier de la "découverte". Ne pas se contenter de collectionner mais de réaliser des cartes-maximum. Le plaisir est alors décuplé.

D’après vous que faudrait-il mettre en avant pour développer la maximaphilie ?

Je n’ai aucun moyen pour aider au développement de la maximaphilie. L’année où j’ai adhéré aux MF, il y avait 143 adhésions et àla fin de l’année nous étions 991 adhérents. Dans les années cinquante c’était bien différent, il y avait un engouement pour la philatélie en général. Je pense que ce nombre ne sera jamais atteint, d’ailleurs serions-nous en mesure d’assurer la fourniture des nouveautés àun aussi grand nombre uniquement grâce àdes bénévoles ?
Par contre, il nous faut rassembler les maximaphiles qui ne sont pas adhérents car ils existent. Lorsque je recherche des cartes postales pour les réalisations en cours, je constate toujours que les carteries proposent certaines des cartes que je recherche et ces cartes sont vendues rapidement, c’est la preuve qu’il existe des maximaphiles en dehors des M.F. et ce sont eux qu’il faut recruter…

Un message pour l’avenir ?

Je crois que la maximaphilie demeurera dans le monde philatélique car au fil des ans elle a acquit ses lettres de noblesse.

Merci beaucoup àGeorges Noë l pour ce message !

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ajouter un document